Courrier  Recevoir la Newsletter
Accueil  Galerie  2012  Le jeudi 29 novembre 2012


 

Exposition ALLIANCE
JOHNNYCHRIST
du 7 décembre 2012 au 19 janvier 2013
vernissage, jeudi 6 décembre à 19h


par Florence BEAUGIER,    

 

DANS LA MEME RUBRIQUE :

JOHNNYCHRIST
Sérigraphie d’artistes

Exposition des frères GUEDIN & CRAOMAN
THIERRY LAGALLA présente
LA NATURE EXISTE C’EST RIGOLO

DERNIÈRES RELIQUES AVANT L’ABATTOIR
Une exposition de LUZ

MOOLINEX
Du 20 janvier au 29 février 2012


 

Le collectif Johnnychrist se compose des deux artistes Moolinex et Aurélie William Levaux.

Moolinex est un artiste pluriel. Il est illustrateur, et travaille avec les Éditions Les Requins Marteaux, Le Dernier Cri... Plasticien, Moolinex est à la fois peintre, dessinateur, sculpteur, tapissier, brodeur, designer... et cela donne un détonnant et questionnant mélange d’arts plastiques, d’arts appliqués, arts contemporains, de bandes dessinées, de cultures populaires, bref, quelque chose de vivant... mais c’est peut être cela que l’on appelle « de l’art » ? Moolinex est un « dégueuleur » d’images, publicité, mode, musique, arts populaires, rien ne lui échappe, tout est avalé puis régurgité pour nourrir le spectateur d’images fascinantes, le tout avec un humour grinçant et décapant... certes... pas toujours aisé à digérer.

Née en 1981, Aurélie William Levaux vit et travaille à Liège. Membre du collectif liégeois Mycose, l’oeuvre de l’artiste est au croisement de l’illustration, de la bande dessinée, du journal intime et de l’art contemporain. Les publications aux éditions de La Cinquième couche, Menses ante rosam en 2008 et Les Yeux du seigneur en 2010 attirent l’attention de la scène artistique contemporaine. Alliant papiers et tissus, dessins et broderies, ses ouvrages se lisent et se regardent comme un journal intime où l’artiste partage angoisses, pulsions, envies et doutes. Artiste protéiforme, Aurélie William Levaux ne cesse d’explorer de nouveaux supports comme lorsqu’elle détourne des vêtements féminins ou des décors de chambres pour enfants en y cousant ou y peignant les restes diurnes de rêves. Ses œuvres furent entre autres montrées au Musée International d’Art Modeste de Sète et à la Biennale d’Art contemporain du Havre.

Dans leurs travaux à quatre mains, sous le nom de JohnnyChrist, ils cherchent et expérimentent, un cheminement entre aphorismes et images, qui les conduit à une perpétuelle remise en question. Artistes perturbateurs, ils cultivent activement le mauvais goût. Ils aiment la chose scandaleuse et la blague lourde. La prise de risque est leur crédo, elle est la clef qu’ils utilisent pour déverrouiller les portes de l’art contemporain. Leurs dessins représentent assez souvent des épisodes tirés de l’imagerie des contes et de l’imagerie catholique. En les réutilisant, ils proposent des scènes qui, au premier coup d’œil, apparaissent bucoliques et touchantes, timides et un peu mièvres. Mais, à mieux y regarder, on s’aperçoit rapidement que la re-représentation qu’ils en font est un peu étrange. Scandaleusement étrange même, car dans leurs dessins, ils ébauchent puis rectifient successivement les contours d’un monde commun, le rendant par leur geste d’artiste, singulier, vivant et par là même quelque peu brutal. Dans l’œuvre de Johnnychrist, si les degrés de lecture se multiplient c’est bien pour que chacun en prenne pour son grade.
Méfiez vous du joli ! Il est peut être la porte ouverte vers l’abêtissement le plus total !


 


Florence BEAUGIER

 




 

 

Courrier  Recevoir la Newsletter
Textes & illustrations sous COPYRIGHT de leurs auteurs. Traduction/Translation