Courrier  Recevoir la Newsletter
Accueil  Galerie  2017  Le samedi 31 décembre 2016


 

Vernissage vendredi 13 janvier
WILLEM
LES AVENTURES DE L’ART
Exposition des planches originales publiées dans Beaux Arts magazine

Exposition du 14 janvier au 11 février 2017
librairie La Mauvaise Réputation


   

 

DANS LA MEME RUBRIQUE :

LIONEL SCOCCIMARO
The Shape of Time

GANG OF FOUR
DIANE ARBUS
WINSHLUSS

VERTIGO
FRÉDÉRIC CLAVÈRE

LE MONDE A L’ENVERS
Exposition collective

WILLEM
LES AVENTURES DE L’ART
Exposition des planches originales publiées dans Beaux Arts magazine


 

Willem
Les Aventures de l’Art
Éditions Cornélius 2004
 
Qu’est-ce que l’Art, en vérité ? On en parle à toutes les sauces, on discute de sa santé dans les cocktails mondains, on le dissèque en ville pour séduire la belle ou pour rabattre le caquet d’un rival trop arrogant... On l’étudie parfois, comme on ausculte un animal. On l’envisage aussi comme un placement, plus fructueux que la pierre. Parfois même, on espère devenir l’un de ces artistes qui défraient la chronique des décennies durant. Mais en dehors de ça, entre nous, honnêtement... à quoi sert l’Art, au bout du compte ?


Willem, avec sa mæstria habituelle, fait table rase des lieux communs et refuse de se laisser entraîner dans d’aussi futiles considérations pour endosser le costume qu’il affectionne le plus, celui du gentleman dynamiteur.

Au travers de quelques cinquante instantanés d’artistes du 20ème siècle, Willem esquisse un portrait corrosif et hilarant du monde artistique. Utilisant la forme d’un recueil d’anecdotes imaginaires, il compile et ordonne tous les mouvements et soubresauts ayant agité l’Art, depuis la fin de l’impressionnisme jusqu’à nos jours. Et de ce panorama subjectif quoique pertinent surgit, entre deux éclats de rire, la réponse à notre question. À quoi sert l’Art ? À garder les yeux ouverts, tout simplement.



Biographie :

Un jour de 1941, alors qu’il est en train de naître quelque part en Hollande, le petit Willem comprend confusément en sentant les mains moites et les souffles chauds qui se concentrent sur lui que la vie va être dégoûtante et délicieuse à la fois. Cette lucidité précoce ne le quittera plus et se retrouve dans son caractère, qui conjugue un goût prononcé pour la vie à une certaine méfiance pour le genre humain.
Enfant, il consigne ses impressions sous forme de dessins, en s’inspirant des visages crispés qui l’avaient accueilli à son premier jour. Cet appétit pour la vérité est compris comme une insolence. Parce qu’il n’aime pas décevoir, il participe en 1965 au mouvement Provo.
Puis il s’exile en France, persuadé que le con y est plus rare et qu’on y sert le champagne dans les rues. Le malentendu est complet, mais il est accueilli par l’équipe de Hara-Kiri. Avec eux, il partage l’idée que la férocité maintient en forme et que l’élégance n’est jamais très éloignée de la scatologie. Par la suite, Willem devient célèbre. On le demande, on le réclame, il est embauché par Libération. C’est ce qu’on appelle le succès. Mais la gloire n’étant pas sa préoccupation majeure, nous nous en tiendrons là.



Aventures de l’Art de Willem
Beaux Arts magazine - septembre 2016

 

 




 

 

Courrier  Recevoir la Newsletter
Textes & illustrations sous COPYRIGHT de leurs auteurs. Traduction/Translation