Courrier  Recevoir la Newsletter
Accueil  Galerie  2017  Le jeudi 1er juin 2017


 

23.06 - 29.07.2017 (en août sur rdv)
LIONEL SCOCCIMARO
The Shape of Time

Vernissage jeudi 22 juin 19h


   

 

DANS LA MEME RUBRIQUE :

LIONEL SCOCCIMARO
The Shape of Time

GANG OF FOUR
DIANE ARBUS
WINSHLUSS

VERTIGO
FRÉDÉRIC CLAVÈRE

LE MONDE A L’ENVERS
Exposition collective

WILLEM
LES AVENTURES DE L’ART
Exposition des planches originales publiées dans Beaux Arts magazine


 

« Mopo » (my own private obsessions) (le travail), 2010
collages sur papier monté sur dibon et sous cadre boite
format 120 X 80 cm



On peut entendre dire de l’œuvre de Lionel Scoccimaro qu’elle se situe à la frontière entre les arts plastiques, les arts appliqués ou le design. Dans son ouvrage, Design & Crime, Hal Foster analyse comment la disparition des distinctions culturelles basées sur des critères de classe (dans un double mouvement : valorisation de la culture populaire et vulgarisation de la culture savante) marque l’affirmation d’un goût indistinct, s’opposant à la hiérarchie. Le goût, entendu comme valeur que l’on accorde à un objet culturel, devient ainsi soumis au succès, dans une logique qui promeut le choix individuel et identitaire. Si chacun est supposé « se construire culturellement », il l’est aussi par ce qu’il consomme. L’œuvre de Lionel Scoccimaro se situe au cœur de cette problématique.
En assimilant et en assumant la disparition des critères de distinction culturelle entre, l’histoire de l’art et l’univers du surf, celui du kitch ou de la customisation, il opère à l’intérieur d’un champ culturel où il joue d’une position ambiguë entre le détournement et la célébration. Il interroge, quelle distance ménager vis-à-vis de notre fascination par les objets culturels déjà disponibles ?

Pour la galerie La Mauvaise Réputation, Lionel Scoccimaro imagine « The shape of time ». Une exposition pour laquelle l’artiste opère un rapprochement entre certains de ses anciens corpus de travaux et des pièces plus récentes qui sont plongées dans une certaine culture de l’image, pour s’aventurer jusqu’à un terrain formel plus ouvert à l’interprétation.



Vues de l’exposition Go big or go home
Carpenters Workshop gallery, Londres


L’exposition réunira à la fois un art « brut » aux images détournées et une proposition à la surface « finish fetish » d’une sculpture proche du minimalisme californien. Des pièces photographiques, issues de ses expériences de voyages passés qui ont été montrées au début des années 2000 et sont ici revisitées et tirées en posters muraux présentés face à des productions récentes réalisées dans l’atelier dans un temps sédentaire et réfléchi. Elles seront confrontées ici pour la première fois sous cette forme dans une exposition personnelle.

A l’instar de la sculpture intitulée Perfect Wave, (2015) sorte de lance en bois torsadée inspirée du mobilier des églises baroques du Sud de la France, évocation très abstraite de la perfection de lignes de la houle des pics gauche/droite déroulant à l’infini, tout concourt dans cette exposition à une métaphore du surf, de ses fantasmes de perfection, de sa « matériologie » et de ses codes ...
Travaillant rarement seul à l’élaboration de ses oeuvres, les pièces présentées à la Mauvaise Réputation par Lionel Scoccimaro s’offrent comme le témoignage de ses rencontres et de ses expériences de travail avec des artisans aux savoir-faire particuliers et qui s’incarnent dans des objets aux références variées mais toujours en lien avec l’histoire et les passions de leur auteur.

Hybridations de formes et d’expériences personnelles cette exposition permettra d’envisager la pensée de l’artiste, son action sur les formes et leur évolution.
Une exposition « Sea Sex and Sun » ou plutôt « See Soul and Spirit »...


>>> documentsdartistes / Lionel Scoccimaro

Documents liés
  DOSSIER PRESSE THE SHAPE OF TIME
PDF - 516.9 ko
 

 

 




 

 

Courrier  Recevoir la Newsletter
Textes & illustrations sous COPYRIGHT de leurs auteurs. Traduction/Translation