Courrier  Recevoir la Newsletter
Accueil  A la Une  Le mercredi 9 janvier 2019


 

Exposition 18.01 - 28.02.2019
AMANDINE URRUTY
Cabin Fever

Vernissage jeudi 17 janvier


   

 

DANS LA MEME RUBRIQUE :

YAN MORVAN
ESPRITS REBELLES

RAINIER LERICOLAIS
CUT UP

YAN MORVAN
BOBBY SANDS
Belfast, mai 1981

AMANDINE URRUTY
Cabin Fever

ÉRIC RONDEPIERRE
MOINS X
Et plus si affinités

BACK TO THE HOOD


 


Amandine Urruty - Worm, 2018
graphite et fusain sur papier, 91x61 cm


Après “The Party”, sa dernière exposition parisienne à la galerie Arts Factory en mars 2018, “Bedtime Stories”, son dernier solo show programmé en 2015 dans le cadre de HEY ! Acte III au Musée de la Halle Saint Pierre, sa précédente exposition à la galerie La Mauvaise Réputation “Dommage Fromage” en 2014 ainsi que de nombreuses expositions aux Etats-Unis et en Europe, Amandine Urruty est enfin de retour à Bordeaux !
Pour sa troisième exposition à la galerie LMR, elle nous propose “Cabin Fever” une collection de dessins noir et blanc, fruit de deux années de travail.
L’inspiration, Amandine la puise dans l’histoire de l’art et dans la culture populaire, elle convoque les grands maîtres de la peinture flamande, pour livrer, entre autres prouesses graphiques, sa propre version des Sept Péchés Capitaux en mode Muppet Show. Figure centrale de compositions saturées au fusain et à la mine de plomb, une galerie de personnages trop poupins pour être tout à fait honnêtes, veille sur un Neverland résolument borderline.
Dans ses dessins, des saynètes sur lesquelles planent les ombres tutélaires de Jérôme Bosch, Lewis Carrol, Stephen King et Jérôme Zonder. Il y règne des personnages qui sont les acteurs d’un théâtre où tout semble sur le point de basculer.

« Son univers rejoint aussi l’impression brutalement inquiétante qu’on pouvait avoir, lors de la jeune adolescence, en découvrant qu’il existait des hommes qui avaient une double personnalité, comme John Wayne Gacy : clown le jour, serial killer la nuit - ou un professeur ou un voisin, quand on apprend qu’il n’était pas celui qu’il prétendait être... Qui était le vrai ? Celui qu’il nous montrait ou celui qu’il ne montrait qu’à lui-même ? Voire même le sentiment bizarre quand, la pièce plongée dans une semi-obscurité, certains objets se mettent à révéler des visages et nous sourire de façon insistante, gênante. »
Pacôme Thiellement

Avec “Cabin Fever” Amandine Urruty nous propose une exposition ambitieuse, érudite et foisonnante.


Le site d’Amandine Urruty ICI

Documents liés
  COMMUNIQUÉ DE PRESSE CABIN FEVER
PDF - 838.8 ko
 

 

 




 

 

Courrier  Recevoir la Newsletter
Textes & illustrations sous COPYRIGHT de leurs auteurs. Traduction/Translation