Courrier  Recevoir la Newsletter
Accueil  A la Une  Le vendredi 4 septembre 2020


 

11.09 - 17.10.2020
ALAIN BIET
PEINTURE - PEINTURES

Vernissage vendredi 11 septembre à 18h


par Florence BEAUGIER,    

 

DANS LA MEME RUBRIQUE :

ALAIN BIET
PEINTURE - PEINTURES

LÉA LE BRICOMTE
COSMOGRAM

CAMILLE LAVAUD
LIONEL SCOCCIMARO
ALMOST PAINTINGS

PAMPRE IT UP !
Exposition collective

RAINIER LERICOLAIS
CUT UP


 

Alain Biet est né à Montrichard en 1959. Il étudie à l’école des beaux-arts d’Orléans et y obtient un DNSEP en 1982. Il enseigne entre 1985 et 1990 aux beaux-arts d’Orléans et depuis, à l’école des beaux-arts de Blois. Artiste touche à tout, il pratique à la fois la sculpture, le dessin, la musique et le cinéma.
Alain Biet est un lecteur assidu du catalogue Manufrance et de l’Encyclopédie des farces et attrapes. Héritier des dadaïstes et des incohérents, il se pose en héros du quotidien, menant une épopée passionnante, riche en diversités et en rencontres.

En 1999, il débute Les petits canons, une série de dessins à l’aquarelle dans laquelle il reproduit, réinterprète et répertorie systématiquement tous les jouets de ses enfants. Cette série de dessins fera l’objet du film Petits Canons.
« Cette série est pour moi l’entretien d’un plaisir quotidien avec le dessin, ma relation entre le dessin et le temps. »
C’est ainsi qu’en 2004 il entame son nouveau défi à tout faire, qui est devenu aujourd’hui un immense cabinet de curiosités dessinées. Avec une obstination presque maniaque, il cherche, chine, classe puis il dessine tous les jours, toutes sortes d’objets. Ce peut être des objets électriques, des tubes de dentifrice, des tire- bouchons, des brosses à cheveux, des paires de ciseaux, des appareils photo, des couteaux, des trompettes, des calculatrices, des tronçonneuses... à chaque fois, pour chaque objet, il est le plus exhaustif possible et cela donne un ensemble parfois vertigineux. Son intérêt pour les grandes productions d’objets du quotidien d’hier ou d’aujourd’hui n’a pas plus de limites que celles de leur production, c’est dire !
Les objets sont tous représentés au moyen d’une technique proche de l’étude documentaire : un dessin d’observation à l’échelle 1, sur papier aquarelle. L’objet est présenté de face selon une perspective conique avec un seul point de fuite, choisie par l’artiste parce qu’elle donne de l’objet le maximum d’informations. Sur le même modèle que celui des botanistes du 19ème siècle, le dessin est réalisé en couleur, à l’aquarelle, médium qui n’autorise aucun repentir. Ce type de dessin, dit « objectif », doit être sans aucune autre intention que celle de la description minutieuse de l’objet et d’un rendu fin des effets de transparence et de matière.

En digne héritier de l’ironie dadaïste, il détourne cette manière des naturalistes pour tracer son histoire des objets produits par l’homme de notre temps. Á travers tous ces dessins, Alain Biet met en évidence les multiples desseins de ces objets : prolifération, mutation, apparition, disparition, obsolescence, éternité...
Pour son premier solo show à la galerie LMR (il avait déjà participé à l’exposition collective Pampre It Up en septembre 2019), Alain Biet propose Peinture - Peintures , une sélection de dessins d’objets tous liés à la peinture : pinceaux, couteaux, brosses, tubes de couleurs, palettes... vous avez dit peinture - peintures ?

Dans les années 1990 il existait un mouvement artistique que l’on appelait « peinture - peinture » on le disait deux fois pour être sûr que ça en soit ! Et en espérant qu’elle n’ait pas disparu ! Ici, Alain Biet fait un pas de côté, puisque l’exposition est constituée de dessins qui répertorient et qui traitent des objets du peintre. La question est posée... Est-ce qu’un dessin en couleur est une peinture ?

Pour mieux comprendre l’étendue de l’œuvre, de ce défi à tout faire, il faudra voir le faramineux court métrage Grands Canons qui sera également présenté durant l’exposition.

En invoquant une sorte de grand zapping de la vanité des choses, Alain Biet pose avec force et densité un témoignage artistique tendrement absurde. Il scande, il débite, il marque, il joue, il déclame une mélopée dont le rythme envoûtant sublime simultanément la banalité fondamentale et la sacralité des objets.

Documents liés
  COMMUNIQUÉ DE PRESSE
PDF - 1.5 Mo
 

 


Florence BEAUGIER

 




 

 

Courrier  Recevoir la Newsletter
Textes & illustrations sous COPYRIGHT de leurs auteurs. Traduction/Translation