Courrier  Recevoir la Newsletter
Accueil  Galerie  2022  Le samedi 15 janvier 2022


 

21.01 - 28.02.2022
PHILIPPE FANGEAUX
Dernières nouvelles

Rencontre avec l’artiste samedi 22 janvier à 16h.


   

 

DANS LA MEME RUBRIQUE :

Manuel Ocampo
Paintings the Lord taught me

Mark Lyon
Free Contacts

Jérôme Robbe
Mondes plasmiques

PHILIPPE FANGEAUX
Dernières nouvelles


 

La galerie LMR présente Dernières nouvelles, une exposition construite autour d’un ensemble d’œuvres significatif des divers aspects du travail de l’artiste français Philippe Fangeaux.

Philippe Fangeaux est né en 1963 à Carcassonne, il vit et travaille à Marseille. Diplômé de l’École d’art de Marseille, pensionnaire de la Villa Médicis à Rome pendant un an (1997/1998), il est enseignant à l’École supérieure d’art des Pyrénées (Pau-Tarbes) depuis une vingtaine d’années.

Sont à découvrir dans cette exposition, des œuvres anciennes mais aussi, Dernières nouvelles, des œuvres plus récentes, comme une incroyable série de trente-quatre dessins intitulée Enfer et encore jamais exposée. Chacun de ces dessins reprend un chant de L’Enfer de La Divine Comédie de Dante. On y retrouve l’imaginaire et le récit qui comme toujours chez Fangeaux, s’engouffrent l’un dans l’autre, génèrent un choc expressif et ouvrent l’image vers un nouvel ailleurs, une infime part du réel encore à explorer.

Autant influencé par Martial Raysse, Gerhard Richter, les Vedutistes Italiens, l’art conceptuel ou l’expressionisme abstrait que par le western, Deleuze, le road-movie et des souvenirs personnels, les toiles de Philippe Fangeaux se laissent, dans un premier temps, facilement aborder. Mais rapidement, le spectateur peut être troublé, enivré par une certaine incompréhension lorsqu’il tente de saisir la logique des scènes qui s’offrent à lui. Car la configuration aléatoire de séquences extraites de souvenirs personnels ajoutée à des images puisées dans le quotidien, les magazines, la télévision, ou sur internet, cumulée avec l’absence de narration, la distorsion des perspectives et un savant cocktail de techniques puisées dans l’histoire de la peinture, peuvent déconcerter celui qui regarde. Mais cette configuration des images et des récits mise en place par l’artiste ne manque pas non plus de provoquer chez celui qui s’y plonge l’ivresse de la joie et la douceur de la dérive vers l’ailleurs de l’art.

Philippe Fangeaux a le courage du peintre. Il se risque dans la constante recherche d’un centre encore jamais exploré. Il faut donc, au travers de ses peintures, de ses dessins et plus récemment de ses volumes lire et articuler les questions liées au récit, au montage, au paysage, à la mémoire et à la couleur. Les figures, les images qu’il utilise sont aussi personnelles que communes, aussi culturelles que vernaculaires. Les séries se suivent, se croisent ou perdurent depuis plusieurs années, il alterne petits et grands formats généralement sur toile mais parfois investit d’autres supports d’autres matériaux et d’autres espaces. Car, pour notre plus grand bonheur, l’activité des peintres ne s’est loin s’en faut jamais forcement limitée ni au plan ni au tableau.

« Fangeaux est peintre et il multiplie les gestes, il n’annule pas les gestes mais travaille en « sédimentant » les pratiques picturales : ainsi il peint sur le motif, mais aussi au carreau, et il peint aussi en faisant des coulées, en laissant la peinture apparaître pour elle-même en aplat colorés, en taches, en masses qui se coagulent dans un coin... Avec lui c’est la peinture qui gagne mais laquelle ? Au fond il vient nous dire qu’elle n’est jamais loin l’une de l’autre - image et matérialité. Il n’y a pas de fusion mais une tension jamais résolue par la prise de pouvoir de l’un sur l’autre mais par la cohabitation de l’un avec l’autre - l’espace de Fangeaux se fait co-présence.
La peinture moderne a lancé ce cri d’entrer en apocalypse où la peinture et la vie allait se confondre et se fondre ; et dans cette trajectoire la peinture abstraite jouait le rôle de fossoyeur d’elle-même, avec Fangeaux, la peinture n’est pas prise dans ce chant d’apocalypse. Quoiqu’il dessine l’enfer de Dante, il a choisi de voir comme vivre avec cette fin. Yvan-Alain Bois dirait avec ce deuil
 ».

Lucia Sagradini Neuman
Philippe Fangeaux, co-édition Fraeme et Centre d’art Chapelle St Jacques, 2021.


Documents liés
  COMMUNIQUÉ DE PRESSE PHILIPPE FANGEAUX
PDF - 1.2 Mo
 

 

 




 

 

Courrier  Recevoir la Newsletter
Textes & illustrations sous COPYRIGHT de leurs auteurs. Traduction/Translation